Presse

Le-Feu-Playgrounds-and-Battlefields-600x600
À propos de Playgrounds & Battlefields de Le Feu

« Le Feu nous ramène au charnel, au vert d’eau de la Loire et aux romances inassouvies. Avec ces fragments d’un grand disque amoureux au rire brutal et aux visions définitives, Le Feu nous porte aux lèvres un brasier de chansons vénéneuses. Le poison idéal. »
MAGICRPM – juin 2014

« Cohérent dans son approche, interprété magistralement avec précision et retenue, ‘Playgrounds and Battlefields’ provoque un intérêt majeur tant Seilman sait transposer sa démarche artistique vers une pop personnelle, imaginative et inimitable. »
MOWNO – mai 2014

« Depuis plusieurs années, le musicien nantais Jonathan Seilman produit, écrit, compose et joue, sous différents noms et différents projets. Son dernier bijou : Le Feu retentit avec un son pop et singulier sur la scène indé du Grand Ouest. »
NOVORAMA – juin 2014

« Disque panoramique et accueillant, voyage aux confins de pays imaginaires dont on ne sait jamais s’ils sont le fruit de nos rêves nocturnes, de nos fantasmes, un héritage des contes de notre enfance ou de ces rêveries éveillées qui nous aident à tenir le coup les jours de moins bien, « Playgrounds & Battlefields » est une invitation à continuer à rêver debout pendant que la majorité s’est allongée devant la somme des petits cauchemars qui peuplent leur grise routine. »
POP, CULTURES ET CIE – novembre 2014

« Aventureux, riche de rebondissements, spontané, Le Feu joue autant de l’électricité de ses compositions que de la fantaisie de ses textes : histoires épiques au cadre bucolique. »
INDIEMUSIC – juin 2014

« Adeptes des constructions pop inventives, nourries aux guitares malignes, le tout réalisé à la sauce DIY, ce disque de Le Feu est pour vous. »
TOHUBOHUMEDIA – juillet 2014

seilman-bellinsky
À propos de Seilman Bellinsky de Seilman Bellinsky

« Un album à la beauté inquiétante, pas forcément facile de prime abord mais qui a le mérite d’installer une certaine transe. »
NOISEMAG – octobre 2014

« Quelques poussées de fièvre électrique et un sens de l’esthétique particulièrement affirmé plus tard, le groupe livre ici une œuvre magnétique et fascinante. »
W-FENEC – octobre 2014

« Cette généreuse entrée en matière envoûte, hypnotise et déstabilise, pour peu qu’on envisage les meilleures conditions d’écoute : dans le noir et au casque. »
TOHUBOHUMEDIA – mars 2014

a0766788108_10
À propos de Amour & Papouasie de Sieur & Dame

« On loue d’emblée la créativité indéniable du duo – augmenté de Jonathan ’This Melodramatic Sauna’ Seilman, musicien, enregistreur et mixeur de l’album, mais finalement, on ne rît pas devant ce qui pourrait devenir une caricature de lui-même (…) Sans doute aidé par Seilman, le duo reprend toujours le contrôle d’une musique hors gabarit toujours en porte-à-faux, et arrive à trouver sa propre expression de la finesse. » BENZINE MAGAZINE – octobre 2013.

« Plus arrangé, mieux produit (par Jonathan Seilman qui a d’ailleurs rejoint le duo), plus varié dans les ambiances que son prédécesseur, Amour et Papouasie ne perd pas de vue ce qui fait la force sauvage et même un peu monstrueuse de Sieur et Dame. Une créature hybride capable de faire sourire pour mieux arracher une larme l’instant d’après. » PULSOMATIC – septembre 2013.

« Les morceaux sur cet album assez court (dix titres ne dépassant pas les 5 minutes à une exception près) ont une puissance dramatique assez fabuleuse. La composition aux allures relativement classiques est mystifiée par l’interprétation quasi-mystique des protagonistes, appuyés par leur producteur, Jonathan Seilman. Il y a une aura dans cet album, que deux trois écoutes ne parviennent à déchiffrer que partiellement. Et la description de chaque morceau est presque inutile, tant cet album, plus que d’énormes morceaux, a une aura constante et une cohésion unique. » MIDNIGHT COFFEE – septembre 2013.

a0834712319_16.jpg
À propos de Whispers & Shouts de Faustine Seilman

« Comprendre les raisons qui en font le disque de la confirmation nécessite de passer en revue ses frères d’armes qui ont permis à ces fines compositions de s’épanouir. A commencer par la scène nantaise, de Vincent Dupas (My Name is Nobody), qui l’accompagne comme musicien, à Jonathan K. Seilman, son frère qui arrange ici le disque de main de maître. » MAGIC RPM – juin 2010.

« Accompagnée de son piano et de sa voix au timbre grave, la Nantaise sécrète avec délicatesse onze chansons parfaitement drapées par la production de Gaël Desbois (Laëtitia Sheriff) et les arrangements de son petit frère Jonathan K. Seilman (This Melodramatic Sauna, The Patriotic Sunday). » PULSOMATIC – juin 2010.